À la rencontre des déesses d’Athènes

Presque 3 mois que nous sommes en Grèce et nous avons attendu les derniers jours pour passer un peu de temps à Athènes.

Le but du voyage était avant tout de retrouver une amie de Benoît qu’il n’avait pas vue depuis très longtemps, une déesse moderne prénommée Sofia. En dehors de ces retrouvailles riches en émotions,  nous avons tout de même visité un peu la ville. Benoit était déjà venu plusieurs fois à Athènes mais moi seulement au Pirée, et en coup de vent, à deux reprises. J’étais donc impatiente de découvrir les joyaux de la ville et en premier lieu l’incontournable Acropole.

L’Acropole

Athènes ne serait pas Athènes sans l’Acropole.

Reconstitution Acropole Athènes

Source : Larousse.fr

On a beau avoir vu mille photos de cette colline mythique et de son fameux Parthénon, on est impressionnés de se retrouver là. Le monde entier semble s’ y être donné rendez-vous. On entend parler toutes les langues et on se retrouve au milieu d’Asiatiques, de sud-Américains, de Québécois et beaucoup de Français. Plusieurs groupes scolaires sont accompagnés de leurs profs.

Venir ici, c’est faire un voyage dans le passé de 2500 ans, rien de moins!

La star du site est évidemment le Parthénon, tout de marbre vêtu, dédié à la déesse Athéna. Ce temple abritait une immense statue en or et en ivoire de la déesse de la guerre et de la sagesse. L’association guerre et sagesse est assez incongrue, non?! Le bâtiment est devenu par la suite une église puis une mosquée, en fonction des différents « maîtres de la ville ». Il a subi de nombreuses attaques ( incendie, pillages, explosion) au fil des siècles et se trouve partiellement détruit. Des rénovations de grande ampleur sont entreprises depuis 120 ans! La phase de restauration actuelle devrait s’achever en 2020!

Tout le monde veut poser avec le Parthénon en arrière plan! Je n’échappe pas à la règle. Pendant que je pose, je repense à la gamine que j’étais, dévorant des livres sur la mythologie grecque! La vie extraordinaire des Dieux me passionnait mais je n’aurais jamais imaginé me retrouver un jour à l’Acropole! Merci la vie! Mon émotion est quelque peu perturbée quand, autour de moi, 3 femmes asiatiques d’âge mur poussent des cris stridents en se faisant photographier. Elles se font rappeler à l’ordre par une surveillante du site! L’histoire grecque semble beaucoup exciter ces dames qui pouffent comme des ados!!!

Un autre temple dédié à plusieurs dieux, l’Erechtéion, nous a beaucoup plu, en particulier grâce à ses 6 colonnes représentant des jeunes filles ( les Cariatides) et son olivier sacré. C’est ici qu’aurait eu lieu la bataille de Poséidon et d’Athéna pour la possession de la ville. Ce temple accueillait les reliques les plus anciennes et sacrées pour les Athéniens. Il a, lui aussi, subi des transformations et dégradations au cours de l’Histoire.

Prendre des photos de l’Acropole sans la foule ou des échafaudages est difficile car tout le site est en rénovation permanente et très visité! Voici un aperçu de l’envers du décor :

Au-delà de la beauté des vestiges de l’Acropole, la vue sur les alentours est vraiment époustouflante! On a eu envie de s’asseoir et de contempler les alentours.

Il y a d’abord les vestiges qui se trouvent au pied de l’Acropole et en particulier les deux amphithéâtres :

L’Odéon accueille aujourd’hui des représentations publiques ( opéra, danse…) et un festival renommé pendant l’été.

Depuis l’Acropole, on a une vue panoramique sur d’autres collines et quelques monuments qui se détachent du décor :

Que vous soyez fervent ou non de l’histoire de la Grèce antique, la visite de l’Acropole est vraiment incontournable pour sentir ce que la ville d’Athènes a d’unique.

Plaka et les alentours de l’Acropole 

Pour accéder à l’Acropole, nous avons marché à l’aveugle dans le quartier de Plaka à la recherche d’un moyen d’accès ( ben oui, avec une carte ou un GPS, ce serait trop facile! Nous, on le fait à l’ancienne!!!). Plusieurs fois, on a croisé des gens: « Acropolis? Acropolis? » et on continuait selon leurs indications. À un moment donné, on demande à deux adolescentes qui descendaient d’une route en discutant avec entrain : « L’Acropole, c’est par ici? ». Elles nous répondent « Euh, on n’est pas sûres que c’est par là! » Ah, les filles! On a bien compris qu’elles avaient d’autres préoccupations plus intéressantes que de savoir comment arriver  à des ruines. Blasées de vivre sous l’Acropole, les ados!

Dans nos déambulations, on a donc découvert Plaka qui se situe en contrebas de l’Acropole. C’est une des parties les plus anciennes de la ville. Ce dédale de rues étroites et d’escaliers est plein de charme. Une partie de Plaka est très touristique avec ses boutiques de souvenirs et ses restaurants mais il y a aussi une partie plus tranquille où nous avons déambulé avec plaisir à plusieurs reprises.

Un des moments forts de notre visite d’Athènes a été notre balade tout autour de la colline de l’Acropole en fin de journée, en compagnie de Sofia. Moment magique où tous les éléments s’ordonnent pour te faire vivre l’Harmonie : le bien-être et la beauté qui t’enveloppent!

Le musée de l’Acropole

Depuis 2009, l’Acropole a un magnifique musée archéologique qui lui est dédié. Le bâtiment moderne en contrebas de la colline se situe lui-même sur des ruines que l’on peut apercevoir grâce à des sols transparents, au niveau de son esplanade.

À l’intérieur sont exposées les trouvailles issues des fouilles sur l’Acropole : des sculptures, des frises et des « morceaux » des bâtiments de l’Acropole. Ils sont évidemment plus ou moins bien conservés. Une reconstitution en petit format ou un dessin permettent parfois de se représenter la pièce d’origine. Dans une grande partie du musée, les photos sont interdites. Je me suis fait rappeler à l’ordre plusieurs fois par des surveillantes, qui m’ont expliqué que les photos étaient permises ailleurs mais pas ici! Résultat: je ne savais jamais quand je pouvais faire des photos ou pas! Voici un maigre échantillon des beautés du site :

Le site du musée propose quelques photos plus représentatives : ici

Dans la salle du dernier étage, une vidéo permet de mieux comprendre ce que représentent les différentes pièces exposées et surtout de les rattacher aux parties du Parthénon dont elles sont extraites.

Coupler la découverte de l’Acropole et de son musée est vraiment intéressant! Je le recommande chaudement!

En fin de visite, nous avons fait un petit arrêt au deuxième étage du musée, sur la terrasse du café. Manger une pâtisserie avec l’Acropole au-dessus de la tête est vraiment un grand privilège!

Le Parlement et ses gardes

Si l’Acropole est un symbole de la puissance de la Grèce antique qui a fait naître le concept de démocratie, aujourd’hui c’est le Parlement qui est censé être le cœur de la démocratie moderne. Le Parlement grec a été, et est toujours, le théâtre de nombreux débats houleux. C’est là que des lois d’austérité sont votées et imposées au peuple. Des manifestants se retrouvent régulièrement sur son esplanade pour exprimer leurs points de vue et se faire entendre de leurs représentants qui sont visiblement plus attentifs aux voix de Bruxelles. Ce lieu a donc, pour nous, un intérêt symbolique avant tout.Parlement grec

Nous sommes arrivés au moment de la relève de la garde. Les deux gardes appelés « Evzones » exécutaient alors leur « danse » devant la tombe du soldat inconnu. C’est une sorte de chorégraphie bien réglée qui semble réalisée par des automates en costume traditionnel. Assez étonnant! En fait, en me renseignant un peu, j’ai appris que les Evzones sont une vraie institution en Grèce et que leurs différents costumes valent très cher et demandent un savoir-faire précis et très codé.

Le Pirée

C’est la partie de la ville d’où partent les ferrys pour la plupart des îles. Le port en lui-même n’a pas grand intérêt mais certaines parties du Pirée sont charmantes avec leurs rues piétonnes commerçantes et la foule bigarrée. Nous nous sommes dirigés vers les deux ports de plaisance pour une ambiance tranquille.

Les petits restaurants de poissons du bord de l’eau rivalisent d’arguments pour te faire entrer sur leur terrasse. Le lieu était paisible lors de notre venue. Dans ce petit port, on ne sentait pas du tout qu’on était dans une ville aussi grande.

La ville offre des visages divers et de nombreuses ambiances. Les trois lignes de métro qui sillonnent Athènes permettent de découvrir facilement chacun de ses quartiers : des plus chics aux plus populaires. Nous y avons passé seulement quelques jours et on n’en a eu qu’un bref aperçu mais nous sommes repartis en nous disant que vivre à Athènes ne nous déplairait pas…

Prochaine étape : Barcelone

À bientôt!

Advertisements

Une réflexion sur “À la rencontre des déesses d’Athènes

Laisse un commentaire! Ça fait toujours plaisir!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s