Un automne à Chania ( la Canée)

15 octobre. Réveil en douceur. Ciel bleu et soleil éclatant. L’automne a oublié la Crète. Le phare est toujours là. Dernière image du soir et première au réveil depuis notre chambre du troisième étage. Ce phare attire mon regard depuis des semaines. Il trône majestueux à l’entrée du petit port vénitien. Je l’observe depuis notre lit. Il est là depuis 450 ans. Témoin de l’histoire de la ville. S’il pouvait parler, il nous raconterait tous les bateaux qui sont arrivés pour conquérir Chania (Hania ou La Canée, les différents noms de la ville).phare port de Chania Crète

Petit-déjeuner sur une terrasse. Lieu d’observation de la vie matinale du port. Les livreurs sont à l’oeuvre. Le boulanger sort un sac de pain de son coffre. Deux jeunes hommes bruns et costauds livrent des bouteilles avec leur chariot. Ah, la vieille Panda rouge est encore là! Elle va encore être chargée du matériel d’une boutique de vêtements qui ferme ses portes. La saison tire à sa fin. Ici, plus tard qu’ailleurs mais certains commerces commencent à fermer en affichant « See you next year ». Les serveurs fatigués attendent avec impatience leurs grandes vacances bien méritées.

Echange d’amabilités au café. On y met tout le grec appris  après plus de 2 mois à sillonner le pays. Notre récolte est assez maigre finalement mais on adore ce dialogue que l’on déroule avec plaisir, chaque jour, le sourire aux lèvres. On parle grec quelques secondes, on communique sans passer par l’anglais, pour une fois! On aime cette langue qui ne s’apprivoise pas si facilement. Et surtout, on aime les Grecs! On a été accueillis partout avec tellement de chaleur! Une pensée pour Aggeliki, la fée de Lidra Rooms à qui on souhaite une magnifique carrière dans le théâtre et qui incarne tant l’hospitalité grecque! On aime se mêler aux commerçants du quartier dans ce café « Aroma ». Tous prennent leur café frappé avant de commencer la journée. Ils ne cèdent pas à l’appel des tartines de pain frais. Ça, c’est pour les touristes! On assume! Manger nos tartines avec un jus d’orange frais sur le vieux port est notre premier grand plaisir de la journée. Les magasins de souvenirs déploient tout leur bric à brac. Les 3 bateaux d’excursions arrivent vers 9h30. Ballet immuable qui nous amuse…

La question cruciale arrive. Qu’est ce qu’on fait maintenant? Retourner se coucher, s’asseoir sur un banc au soleil face à la mer, faire du sport, écrire, se balader dans les ruelles du quartier historique, longer la mer…

Un peu plus loin sur une colline, on peut rendre hommage à Elefthérios Venizélos, un avocat Crétois installé à Chania qui est considéré comme le « fondateur de la Grèce moderne ». Sa tombe et celle de son fils se trouvent au milieu des pins dans un magnifique parc dominant la ville.

On peut aussi sillonner la région, aller à Fallasarna ou Elafonissi, des baies paradisiaques de l’Ouest dont je vous parlais dans le billet précédent. On peut aussi aller jusqu’à Paleochora, un charmant village hippie des années 70, qui se trouve sur la côte sud. Sa localisation est magnifique. Situe sur un isthme, il est encadré par deux plages, au pied du massif des montagnes blanches. On s’y baigne toujours en octobre et l’ambiance entre les locaux et les touristes semble harmonieuse.

Chania et sa région offrent beaucoup de paysages variés et pas mal d’activités en lien avec la nature. Après notre road trip dans toute l’île, on a choisi de ralentir le rythme à Chania.

Le luxe suprême est là. Avoir du temps. Prendre le temps de ne rien faire. Observer la vie aux alentours. Marcher sans but. Passer dans les même ruelles mais les voir différemment chaque jour.

Découvrir une vieille porte qui était cachée, le soleil qui illumine les bougainvilliers. Les ruelles se font étroites, on se faufile comme des chats. Tout est silencieux.

Une partie du quartier historique est aujourd’hui réservée à l’accueil des touristes: des bars et restaurants, des boutiques de souvenirs, des chambres à louer. Chaque bâtiment a son offre dédiée aux touristes. Français, Allemands et Anglais en majorité. On s’amuse à les reconnaître de loin. Assez facile avec leurs tenues de touristes lambda, propres à leur nationalité. Une question me taraude : Pourquoi faut-il être aussi mal habillé en vacances? C’est un concours ou quoi? Moi qui ai pourtant sérieusement revu mes tenues vestimentaires pendant ce tour du monde et laissé tomber beaucoup d’artifices, je n’ai pourtant pas renoncé à ressembler à quelque chose ou plutôt à quelqu’un! C’est un défilé de corps trop gros et tout cassés qu’aucun vêtement n’arrive plus à mettre en valeur.  Les visages sont accablés. J’imagine que leurs vacances sont une courte échappatoire à une vie de stress et de contraintes. Et il y a ceux qui arrivent en troupeau, suivant gentiment leur guide qui brandit son petit drapeau. Marcher, suivre, s’arrêter, écouter… Il ne retiendront probablement rien de leur visite guidée. Ils ont suivi…  Est-ce que ces vacances leur font vraiment du bien? Je n’en suis pas sûre…

Nous, nous fuyons de plus en plus ce conformisme angoissant. On recherche comme une drogue ces sensations de liberté. Pas la Liberté avec un grand L, qui n’est qu’une illusion, mais on cherche plutôt à agrandir notre collection de moments choisis, d’instants savoureux. On ose même l’impertinence de faire des choix déraisonnables!

Notre vie à Chania est surtout faite de choix cruciaux comme « Dans quel restaurant va t’on manger aujourd’hui? »

On ne mange qu’une fois par jour mais ça doit être un moment privilégié! On peut retourner  à « Glossitses », un des restaurants du port qui se distingue par la qualité de ses plats et qui offre un dessert et un Samos délicieux. Sinon, on peut aller à Karnagio, le restaurant familial de la douce Heleni,  un peu en retrait du port. Ses plats de viandes sont vraiment succulents. Et pourquoi pas à Veneto, le restaurant italien de Andrea, un sympathique albanais polyglotte? Ou le « To Maridaki », dans une ruelle calme avec sa cuisine ouverte sur la salle où 3 magiciennes s’activent pour nous concocter les meilleurs plats du monde? On sait que dans chacun d’entre eux, on mangera super bien, l’accueil sera chaleureux et on terminera le repas heureux!

L’après-midi, il faut se reposer de tous ces efforts!!! On retrouve notre petit hôtel. De notre balcon, on peut observer l’animation du port.

Les terrasses des restaurants se remplissent. Quelques rabatteurs déploient tout leur talent pour attirer les clients. Les passants sont plus nombreux que le matin. Le musée de la marine au bout du port est en travaux. Les ouvriers refont le toit.

Plus tard, on reprend une nouvelle exploration de la ville. Les fins d’après-midi, la ville s’anime à nouveau. Les commerces rouvrent. Les Grecs sont attablés avec leur café frappé.

café frappé

Un vrai Grec et son café frappé!!!

Ils semblent loin de toutes les turbulences que traverse le pays. On a entendu parler pendant des mois de la situation économique catastrophique du pays mais franchement, rien ne le laisse paraître dans tous les lieux traversés. Probablement que les îles touristiques vivent assez bien grâce aux nombreux visiteurs mais on a aussi l’impression que les Grecs ne sont pas du genre à se plaindre de leur situation.

Dans nos balades, on est souvent à proximité des fortifications, témoins du passé vénitien de la ville. Certaines parties sont bien conservées, d’autres pas. Ces vestiges apportent vraiment un charme à Chania.

Au-delà de la ville fortifiée, la partie moderne est active, sans aucun touriste. C’est celle qui vit toute l’année. Les enseignes ne sont plus traduites et on s’amuse à les déchiffrer. Pas facile, l’alphabet grec! Chaque mot lu est une petite victoire, tel un enfant qui apprend à lire!

Le coucher de soleil sur le port est un incontournable. Il nous attire immanquablement dans ses filets. Le ciel rosit et les vieux bâtiments se recouvrent de belles nuances orangées. Quelques pêcheurs partent en mer. Les terrasses se remplissent. La soirée sera longue.

Belle fin de journée sur Chania. Le phare est toujours là majestueux…

phare de Chania Crète

 Nous quittons Chania et la Crète avec regrets. Cela mérite bien un selfie pour l’occasion.

Adieu à la Crète

Adieu, la Crète!

Nous allons ensuite quelques jours à Athènes puis ce sera Barcelone.

Advertisements

4 réflexions sur “Un automne à Chania ( la Canée)

  1. Bravo Nathalie pour ce joli récit. Je viens de le savourer, accompagné d’une tartine de beurre. Le café sera plus tard. Le cadre est sans doute moins exotique: une cuisine parisienne au fond d’une Cité du 9eme arrondissement. C’est calme. C’est plus gris. L’automne est bien là.
    Bon voyage sur Barcelone. Vous vous rapprochez de nous….
    Bisous à vous deux

    J'aime

Laisse un commentaire! Ça fait toujours plaisir!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s