Sublime île de Boipeba ( Salvador, Brésil) – Partie 2

Rejoindre l’ île de Boipeba, petit joyau naturel, demande certains efforts ( que je vous ai racontés dans le billet précédent) mais la récompense a dépassé toutes nos attentes. En la parcourant, on a été subjugués par tant de beauté! L’impression en permanence d’être devant des tableaux vivants … 

Jour 2 : Le tour de l’île

Notre balade de la veille nous a montré que cette île ne peut pas se parcourir entièrement à pied. Par ailleurs, notre guide des plus belles plages du Brésil ( notre bible!) nous donne l’eau à la bouche avec des plages 4* à explorer. Le programme du jour sera donc le tour de l’île en bateau. On va partager la journée avec d’autres couples, budget oblige. On fait une première halte dans une piscine naturelle avec quelques coraux et poissons. Ce qu’on observe au masque est loin des beautés explorées en Polynésie, mais on barbote. Rapidement, d’autres bateaux arrivent et il y a une surpopulation de barboteurs pour qui le comble du luxe est de boire dans l’eau!!! Je regrette de ne pas avoir de photos à vous montrer des 2 bimbos peroxydées qui ont débarqué sur un bateau juste avant notre départ. Des caricatures plus vraies que nature (ou plutôt plus opérées que nature! ;-)) Fuyons!

On va ensuite à la Ponta de Castelhanos, notre premier coup de cœur. Alors que notre groupe reste bloqué à boire des coups au point de débarquement, on s’éloigne pour admirer un panorama vraiment sublime, presque irréel.  On longe la plage accompagnés d’un nouvel ami, un chien complètement obsédé par les noix de coco.

Une harmonie parfaite, les mots me manquent pour décrire ce qu’on a vu, ce qu’on a ressenti. Même mes photos ne peuvent le transmettre mais jetez un œil quand même 😉

Bon, l’harmonie parfaite de dure pas des heures car notre nouvel ami chien fait sa crise quand une noix de coco lui échappe! Il lance des aboiements très aigus! Pas complètement sain d’esprit, notre ami! On le sermonne, ce qu’il s’empresse de nous faire payer en nous abandonnant lâchement pour 2 jeunettes croisées sur le chemin du retour. Qui a dit que les chiens étaient fidèles?!

Quand, une heure plus tard, on rejoint le bateau, le groupe est toujours en train de boire sous un auvent de bois. Je n’arrive pas à croire qu’ils ne soient pas allés plus loin pour admirer le panorama exceptionnel!  On repart pour faire rapidement une halte en pleine mer sur un banc de sable qui émerge au gré de la marée. On fait trempette dans une eau exceptionnellement chaude. On a l’impression de se glisser dans un bain trop chaud. On cherche des courants un peu plus frais.

On s’arrête pour la pause-déjeuner dans le petit village de Cova da onça: notre deuxième coup de cœur de la journée!

Beaucoup de simplicité et de charme. Tout semble paisible. Des barques. Quelques pirogues sculptées dans un tronc d’arbre.

Même si on a faim, on laisse notre groupe s’entasser dans le resto pile en face de notre débarquement!!! Nous, on a bien envie de découvrir ce petit village qu’on trouve d’emblée attachant.  Quelques maisons colorées,  des femmes qui préparent la cuisine,  des enfants qui jouent. Tous les habitants que l’on salue ont l’air surpris. Surpris de nous voir? Surpris de notre « Boa tarde » enthousiaste? Difficile à dire! On s’éloigne un peu pour rejoindre un petit resto déserté au bord de l’eau. Les personnes assises à attendre le client nous accueillent avec un grand sourire. Un jeune homme nous montre un énorme poisson fraîchement pêché qu’il nous propose de cuisiner pour nous! On est servis comme des princes par des jeunes gens souriants et visiblement fiers de ce qu’ils nous offrent. Il y a de quoi! On se régale! On fait honneur à tous leurs plats en contemplant la mer! La jeune femme est sur le point d’accoucher. Elle devra, le moment venu, prendre une lancha rapide pour aller à la première ville ( Valença). Il faut espérer que ce ne sera pas la marée basse, sinon le départ sera compliqué!  L’indice de marée est vraiment fort et demande de s’organiser pour tous les déplacements.

Heureux de notre repas qui réunit tout ce qu’on aime, on rejoint notre groupe. Et l’attente commence! Ils ne sont pas prêts!  On commence à en avoir assez d’eux. 😦 On part après 45 min d’attente! Vive l’inertie des groupes! On pense rentrer mais non, on s’arrête sur un bar flottant qui sert des fruits de mer. À peine sortis de 2h de resto, ils remettent ça!  En signe de mécontentement, on ne descend pas du bateau malgré l’insistance de notre « capitaine »! On échafaude tous les plans possibles pour fausser compagnie au groupe! Peine perdue! On rentre vers 17h assez allergiques aux excursions de groupe mais avec de magnifiques images de mer, de sable, de village endormi… 🙂

Jour 3 : barbotage derrière les dunes

On espérait que le dimanche, notre serveuse du petit-déjeuner aurait congé! Mais non, Miss grimace fidèle au poste depuis notre arrivée est toujours aussi rayonnante!  Elle nous apporte, comme chaque matin, plein de petites nouveautés sucrées et salées qu’elle nous explique avec la même conviction que si elle lisait le dictionnaire… On part ensuite vers la plage avec l’objectif de rejoindre l’île en face (distante de seulement quelques mètres). C’est une propriété privée d’un riche italien et on nous précise qu’on peut rester seulement sur la plage!  Ça nous va, on n’en demande pas plus! On se retrouve seuls sur une immense plage déserte!  On se sent super privilégiés!  On se baigne derrière une dune, cachés du village! Seuls au monde! Intense moment de bilan existentiel…

Quand on voit arriver un 4×4 sur cette immense plage, on se dit que c’est probablement un moyen de rentrer vers Salvador plutôt que de reprendre le bateau et repasser par Valença et sa « charmante » gare maritime, comme on l’a fait à l’aller. Benoit court vers le chauffeur qui lui confirme qu’on pourra rentrer comme ça le lendemain (en prenant un catamaran pour la deuxième partie). On profite du retour des passagers du 4×4 vers le village pour s’incruster et aller bloquer nos billets pour le retour.

On déjeune dans le resto qui nous a beaucoup plu le premier jour. C’est dimanche et, cette fois, il y a beaucoup de monde! Les femmes sont en cuisine et les hommes au service. Nos crevettes tardent à arriver! On est entourés d’un enfant autiste qui pousse des cris et d’une table de Français! ( je ne sais pas ce qui est le pire!!! 😉 ) J’observe des gamines sauter inlassablement dans l’eau depuis une barque! Sauter- Remonter – Sauter – Remonter …

IMG_2727

Heureusement, quand les plats arrivent, on ne regrette pas l’attente! On se régale!  Le seul petit hic est d’avoir confondu la sauce piquante avec la sauce salade! L’inoffensive salade de carottes me transforme en cracheuse de feu! « Mange du pain, vite! » Ben non, c’est vrai, il n’y en a pas! Du riz, du riz, du riz! Petit dessert : une cocada, un gâteau de coco maison qu’on achète à une vendeuse ambulante adorable. J’en ai encore le goût dans la bouche! Madame, vous êtes une artiste!

Après-midi baignade avant la dernière soirée! 😦  Demain, on repart! Au programme : 4×4, catamaran et avion pour une arrivée tardive à Rio!

Voici le trajet prévu pour le retour ( en jaune et noir): 

Comme vous le voyez, on a opté pour le retour pour une solution plus simple et plus directe qu’à l’aller! Oui, mais attention, « simple et directe » ne veut pas dire rapide ni même agréable! Vous allez voir!

Jour 4 : Le départ

Avant de partir, on a profité une dernière fois des plages de rêve à proximité de l’hôtel. Ce qu’on avait découvert sous un ciel gris-noir le deuxième jour est maintenant dans des tons bleu-vert tout aussi beaux! Une dernière baignade magnifique! Je ne résiste pas à l’envie de vous remettre des photos version ciel bleu!

Notre sac à dos refait en un temps record, on quitte notre colline et on reprend le chemin du village. Dernier émerveillement! J’aurais presque envie de jouer au foot sur la plage avec les jeunes…

On rejoint ensuite le 4×4 et on découvre le couple franco-belge qui va nous accompagner. Bizarrement, c’est sur l’île qu’on a croisé le plus de Français depuis notre arrivée au Brésil! La jeune femme et Benoit se lancent dans une discussion sur l’aide humanitaire et l’Afrique devant un paysage à couper le souffle… Moi, je me plonge dans le bleu et le vert… Les drames n’existent plus…

C'est mieux qu'une route pour rentrer, non?

C’est mieux qu’une route, pour rentrer, non?

On roule sur la plage déserte et vierge puis on arrive à un petit village au bord d’une mer turquoise : « Garapua ». Notre réflexe: « houlala, comment ça s’appelle, ici? Il faut absolument revenir  » Et voilà comment notre liste de petits paradis à explorer s’allonge en permanence! 😉

On prend ensuite une piste de sable à l’intérieur des terres et une heure après le départ, on arrive à Morro de Sao Paulo, une station balnéaire où on avait passé une journée en 2009. Un peu plus développée qu’à l’époque mais toujours aussi sympa. Pas mal de monde tout de même! ( Vous devez vous dire qu’on est vraiment des sauvages, en fait! C’est pas faux!)

En attendant le départ du catamaran on va au resto où je me régale d’un bon poisson à la coco et aux petits légumes! On rejoint le quai en contrebas du village. Des porteurs de bagage font des allers – retours avec des brouettes sur des rues à forts dénivelés, sous une chaleur torride. Chapeau les gars!

On embarque sur le catamaran à 15h. À partir de là, c’est un long tunnel… 2h30 avec le mal de mer le plus corsé de la décennie… Et pourtant, j’en ai pris des bateaux! Ma pilule magique a dû déclarer forfait lamentablement… Mon poisson à la coco a dû faire demi-tour ( avec ses petits légumes!) encore plus lamentablement! Mon homme a dû ouvrir une cellule de crise courageusement ( comment font les voyageurs solos dans ces cas-là?)… Je vous passerai les détails peu glorieux. 😦

Nous arrivons à Salvador presque 7 h après avoir quitté l’hôtel! Pas vraiment rapide au final! Le coucher du soleil me redonne le sourire. On se rend compte alors que le couple franco-belge qui était sur le quai avec nous, prêt à embarquer, ne ressort pas du bateau! On échafaude des hypothèses toutes plus farfelues les unes que les autres. C’est mon goût pour les polars et romans d’aventure qui ressort! Pas le temps d’enquêter : départ direct vers l’aéroport ( encore un bus!) car le timing est serré. L’autoroute serpente entre les nombreuses favelas de Salvador. Autre réalité du Brésil. On est déjà loin, très loin de Boipeba la sublime… Et si on avait juste rêvé….

La partie 1 de notre périple à Boipeba : ici

Advertisements

8 réflexions sur “Sublime île de Boipeba ( Salvador, Brésil) – Partie 2

  1. Bonjour,
    Cette ile a vraiment l’air sublime. Et vos photos reflètent, apparemment bien ce que vous en avez pensés.
    En tous cas ça donne envie.
    A bientôt.
    Cédric @ Pixels-du-bout-du-monde

    J'aime

    1. Merci pour ce commentaire et bienvenue sur le blog! Mes photos ne sont malheureusement pas à la hauteur de la beauté De l’île. Ce genre de lieu me donne envie de prendre des cours de photos!! 🙂

      J'aime

  2. C’est une autre Nathalie de Saint-Etienne (qui c’est les plus forts…) qui décolle pour le Brésil le 15/5/15 dont le mari a eu la très bonne idée de choisir cette île parmi nos points de chute: je suis encore plus pressée d’y être en lisant le texte et en voyant les photos!!!
    Blogueuse débutante…, mais prometteuse.
    Je vous souhaite pleins de beaux voyages (entre autres).

    J'aime

  3. Nous avons fait votre périple et beaucoup plus… Vraiment magnifique. Même plusieurs fois. Il faut le dire, notre fils y réside avec épouse et enfant. On a pas fini d’y retourner. Avec beaucoup d’autres visites, en particuliers l’amazone. A chaque retour on se demande si c’était pas un rêve.

    J'aime

Laisse un commentaire! Ça fait toujours plaisir!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s