Dans la folie de Manhattan

New-York, Manhattan. On a tous vu des photos, rêvé devant des films, lu des tonnes de trucs. Tellement que l’on a l’impression de déjà connaître cette grosse pomme ! On sait déjà ce que l’on va y voir ! Oui, mais le spectacle des yeux n’est rien sans l’énergie et les émotions qui l’accompagnent ! En 3 jours intenses, Manhattan nous a excités, emballés, charmés, fatigués, impressionnés… Un tourbillon d’émotions difficile à décrire.I love N-Y

New York, c’est plein de riches, de pauvres, de noirs, de blancs, d’asiatiques, et toutes les couleurs entre les trois… En fait, New York, c’est plein de tout ! Comme à Mexico, São Paulo, Londres ou Paris, me direz vous !? Eh bien non ! C’est un peu plus, toujours plus… Une ville sans limites, une ville Monde ! Ça court, ça grouille matin et soir, jour et nuit ! Une grosse pomme dopée à l’énergie et à l’adrénaline, un rail de coke géant !!! Oreillettes collées dans les oreilles, les New-Yorkais marchent et parlent tout seuls, que dis-je, ils crient dans la rue comme s’ils étaient en pilotage automatique, faisant abstraction du monde qui les entoure, trop pressés d’atteindre leurs objectifs! Il y en a des centaines, des milliers comme cela, sortes de zombies des temps nouveaux, biberonnés au pognon, trop désireux d’être connectés pour regarder le monde tel qu’il est. Puis il y a les autres, ceux que l ‘Amérique ne reconnaît pas ou ceux qu’elle ne veut pas voir ! À ses yeux, ceux qui n’auraient pas pris la chance qu’elle leur a donnée… Il y en a des hordes qui, chaque matin, font la queue devant les églises sur des centaines de mètres !! Les exclus du capitalisme moderne qui crèvent la dalle et qui se dispersent partout dans la ville à la recherche d’un bout de paradis qui n’existe pas pour eux. New York, c’est aussi cela… Mais New York reste sans doute la ville la plus fascinante des USA pour ne pas dire de la planète !

Premier contact à la sortie de l’avion : Times Square! Un melting-pot bouillonnant: le monde entier semble s’être retrouvé là. Toutes les origines, toutes les langues, tous les looks… On aime retrouver cette diversité… Des écrans géants qui nous frappent la rétine.

L’Amérique peinte sur les corps dénudés de quelques demoiselles en recherche du tip. Les super-héros qui cherchent à accrocher le regard des enfants.

Il y a surtout de grands enfants comme nous qui s’émerveillent de se voir sur un écran géant. On se colle pour rentrer sur l’écran, on fait de grands signes… Univers onirique…

Puis direction le Sud de Manhattan! Des heures de marche, des kilomètres de découvertes, les quartiers s’enchaînent: Greenwich village, Tribeca, Soho…

Autant de quartiers que d’univers qui vivent comme des villages indépendants. Little Italy qui se fait grignoter par les chinois. Rechercher une trattoria pour échapper aux burgers qu’on a déjà trop subis. Le bonheur enfin de manger une bonne pizza. On parcourt le monde mais on n’oublie pas que l’Italie nous manque.

Autre lieu ultra-connu : Wall Street. Une marée humaine qui se dirige vers les immeubles de bureau. Pas de temps à perdre. Time is money. Impression d’être invisibles dans le décor.

Le quartier de Wall Street :

Le mémorial du 11 Septembre. Vaste esplanade. On essaie de superposer ce décor aux images inoubliables de ce jour-là. Difficile de se représenter l’impensable. Des bancs. Autant d’arbres que de victimes. Un arbre spécial, survivant des décombres. Les deux trous béants. Les cascades donnent une impression de chute. Tous les noms des victimes tout autour… Il n’ y a pas que des John ou des Kerry qui ont péri ce jour-là. Derrière certains noms, on imagine une indienne, un japonais…

L’Amérique qui nous a habitués au gigantisme a été assez sobre dans son hommage. Pas d’ambiance de recueillement. On est au milieu d’un chantier en construction. Les nouvelles tours sortent de terre.Constructions World Trade Center

La statue de la liberté depuis le ferry. La grande dame paraît petite dans ce décor de gratte-ciels. On se bouscule sur le pont pour se prendre en photo avec la statue en toile de fond. En s’éloignant de Manhattan par le sud, on contemple cette skyline si connue. C’est vraiment un spectacle unique!

Notre excitation retombe. On a marché des kilomètres, regarder en l’air, à gauche, à droite mais surtout en l’air. Quel gigantisme ! Les tours de Panama qui ont été notre décor quotidien ces dernières années ne sont rien à coté de ces monstres verticaux.

On veut en voir le plus possible, arpenter chaque rue de Manhattan mais c’est tellement immense. Le quadrillage est simple à comprendre mais les sauts de puce sur notre carte sont des kilomètres dans un brouhaha incessant.

Alors on continue vers le Nord cette fois, frénétiquement comme les New Yorkais…Union Square, Washington Square, la 5 ème Avenue…..

Et enfin destination finale de la journée : le siège des Nations Unies,  grâce à l’invitation de Sébastien et Pauline.

Grande opportunité d’entrer dans la grande salle de l’Assemblée Générale. Des discours enflammés ont été tenus ici. Des «petits pays » qui ont pu user et abuser de leur droit de parole. On imagine la pression des interprètes dans leur cabine. On s’assoit à la place de la France dans la salle du Conseil de Sécurité. On plaisante sur Laurent Fabius et ses prédécesseurs qui ont posé leurs illustres fessiers ici avant nous mais on est quand même impressionnés et conscients du lieu où l’on se trouve. Le discours mémorable de Dominique de Villepin en 2003 résonne encore à nos oreilles. Fierté pour la France, ce vieux pays qui a connu la barbarie…

Boire un verre et se raconter nos vies au milieu de la cafétéria réservée aux diplomates. Quelle privilège ! Merci encore Sébastien et Pauline, vous êtes les ambassadeurs de la langue française !!!

Comme au Scrabble, il y a des jours qui comptent triple! Incrédules, on se repasse les moments forts de cette journée bien chargée avec les yeux qui brillent ! New-York, quelle énergie ! Tu nous a lessivés !

Le deuxième jour, après quelques kilos en moins et courbatures en plus, nous repartons à l’assaut de la forteresse New York et cela commence par la montée à l’observatoire de l’Empire State Building.

Suivre de manière disciplinée le dédale de ce bâtiment. Le personnel en costume répète les mêmes mots à des millions de touristes! Un œil sur les photos de la construction, un record de rapidité pour ce bâtiment immense… Construction Empire State BuildingMais surtout sortir au 86° étage et embrasser tout Manhattan du regard. Tant de lieux mythiques ! L’audio-guide nous aide à repérer les prestigieux immeubles. Benoît prend de nombreuses photos mais la brume ne se lève pas. Le vent nous glace. J’imaginais une photo romantique de nous deux comme les stars américaines mais on grimace de froid ! C’est raté pour la photo à deux !

En resdescendant. On jette sur un œil sur la galerie des portraits des stars qui étaient là avant nous ! Stromae est là ! La consécration pour lui !

Retrouver la terre ferme, le monde et la chaleur… Petit tour à Central Park. Pas de pousse-pousse ou de calèche pour nous !

On se balade dans les allées, on s’assoit sur les bancs et on contemple… Belle harmonie. Le brouhaha a disparu. Ambiance bucolique.

Déclarations d’amour et hommages gravés sur les bancs. Moi aussi, je voudrais ma plaque en face d’un grand arbre face au lac ! On n’a parcouru qu’un tiers du poumon vert.

Quelle chance d’avoir un tel parc dans cette ville !

On ressort là où le destin de John Lennon s’est arrêté. Des chanteurs et des objets souvenirs…

Dans la thématique du jour «prendre de la hauteur et se balader au milieu des arbres», on poursuit avec la high line, cette promenade suspendue entre les immeubles. Les New-Yorkais font leur pause-déjeuner, les touristes marchent. La folie de la ville est juste en dessous, à coté.

Les arbres sont bien jolis mais ils ne nous isolent pas du bruit et ne font pas barrage au soleil ardent ! On marche, on marche à ne plus pouvoir ! On a une autre vue sur les rues alentours!

Encore de nouvelles tours en construction au bord de l’Hudson River! Cette ville est gigantesque et continue de grandir ! New-York, tu nous épuises !

Ce monstre urbain offre heureusement quelques répits : des squares et des parcs pour se ressourcer. Bryant Park nous a accueillis avec générosité quand on était au bord de la rupture. Toute la diversité de la ville s’y retrouve. Du sdf à la jeune femme chic ! On lit, on se repose ou on boit un café…

Jour 3 du marathon : cette ville ne s’arrête jamais…Les flux de piétons permanents, les taxis jaunes qui n’arrêtent pas de sillonner rues et avenues de ce grand damier… Vue depuis l'Empire State BuildingPetite balade en ferry sur l’East River depuis Brooklyn pour admirer une dernière fois la pointe Sud de Manhattan et découvrir une autre ambiance…

3 jours, séjour très court. Alors, on a voulu croquer la pomme à pleines dents. Elle nous a montré que c’est elle qui dévore les touristes trop naïfs. Un sentiment d’être passés dans une machine à laver.

Ce petit séjour à New-York a été comme un amuse-bouche spicy ! On a la bouche en feu et on demande un répit avant d’aller plus loin !

On arrive bientôt à Chicago pour nous remettre de nos émotions, passer du temps entre amis et faire une pause dans nos découvertes sublimes…

Publicités

5 réflexions sur “Dans la folie de Manhattan

  1. HOUAAAAAAAA !!! OUFFFFFF !!!!! Vous me faites envie et pas envie à la fois !!!! trop trop haut trop grand trop trop de monde ,de bruit ….mais curieuse à la fois IMPRESSIONNANT
    Bisous merci pour d’avance pour la suite ….on en redemande ……

    Aimé par 1 personne

Laisse un commentaire! Ça fait toujours plaisir!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s