Manaus au coeur de l’Amazonie

Pour moi, Manaus c’était le bout du monde, l’aventure dans une chaleur poisseuse, les indiens, les pêcheurs… Et ceci sans avoir jamais vu de photos ou de films! Vous vous doutez bien que la réalité ne colle pas vraiment à ces images. Il n’en reste pas moins que Manaus est une ville avec une atmosphère qui m’a plu. Je vous invite à découvrir quelques unes de ses facettes découvertes en seulement 4 jours.

Avant d’y poser un pied, j’avais lu que Manaus était une grande ville de 2 millions d’habitants, la plus grande du Nord-Ouest du Brésil et qu’il ne fallait pas s’attendre à se trouver dans la jungle! En effet, on ne voit pas la jungle à Manaus mais le simple fait de savoir qu’elle est tout autour, donne à la ville un cachet spécial dans mon esprit! On a fait presque 4 heures d’avion depuis Rio pour y arriver et lors de l’approche on a bien vu qu’on se trouvait dans une immense zone de forêt et de fleuves! Une immersion de quelques jours dans cette impressionnante Amazonie nous a permis de mieux saisir où on se trouve: la ville a grignoté sur la forêt!

Le centre de Manaus est coloré : des peintures vives sur des demeures anciennes rénovées mais aussi des maisons qui partent en ruine, des trottoirs sales et défoncés.

La richesse de la ville est venue de l’exploitation du latex. Seulement quelques décennies de faste avant que la concurrence asiatique ne la stoppe en 1920! Les « seringueiros » ( travailleurs du latex) vivaient dans des conditions d’esclavage pendant que les propriétaires des plantations menaient la grande vie.

Un des lieux emblématiques de la ville où les « barons du caoutchouc » et les nobles de la ville se réunissaient était le théâtre. Ce bâtiment sublime a été bien restauré et sa visite est la plus intéressante de la ville. L’influence européenne (française et italienne) est partout dans son architecture et sa décoration intérieure ! On surnommait d’ailleurs Manaus « la Paris des Tropiques ». La coupole du théâtre représente la Tour Eiffel vue d’en bas, Racine et Molière sont honorés et les couleurs d’une partie de la coupole ( bleu et rouge) sont un hommage au drapeau français. L’extérieur de la coupole associe les couleurs des deux drapeaux français et brésilien.

Le théâtre était -et est toujours- une exposition des richesses de l’époque! Selon leur niveau de fortune, les spectateurs avaient une loge sur un balcon élevé. Benoit a eu un coup de cœur pour le salon des nobles qui est une combinaison de peintures représentant des scènes de l’Amazonie et de décoration française et italienne. Selon la guide, c’est dans ce salon que les nobles de l’époque recevaient leurs courtisanes! Les courtisanes ont disparu aujourd’hui mais ce qui est vraiment bien, c’est que maintenant tout le monde peut accéder au théâtre grâce à des représentations gratuites (danse, opéra, musique) plusieurs fois par semaine! Et pour les riches de la ville qui veulent se retrouver entre eux ( et exhiber leur fortune!), il y a des spectacles payants très chers (330 Reais le spectacle cette semaine = 100 euros).

La ville a deux parcs charmants avec de belles demeures, de jolis kiosques. Y boire un jus de fruit naturel sous un arbre est un régal! Il faut dire que la chaleur très humide est accablante ici. La moindre marche nous épuise! De nombreuses personnes sont assises dans les parcs pour la fraîcheur mais aussi probablement pour le wifi gratuit! Branchée, Manaus! Les fins de journée sont particulièrement agréables sur la place centrale : un violoniste joue devant le théâtre, les amoureux élégants se bécotent sur les bancs, des amis boivent un jus en terrasse… Et nous, cela nous rappelle les magnifiques places mexicaines.

Dans le centre historique, on a remarqué des bizarreries. Il y a, par exemple, une concentration incroyable d’opticiens, tous dans la même rue, avec les vendeuses qui essaient d’attirer le client depuis le trottoir! Bizarre! C’est quoi ce truc avec les lunettes à Manaus?! Les pharmacies sont toutes concentrées dans la même rue aussi. Aucune répartition entre elles! On n’a pas trouvé une seule épicerie ( et pas de supermarché bien-sûr!). L’offre hôtelière dans le centre est super limitée. On a logé dans un hôtel vraiment pas terrible mais c’était le seul qu’on a trouvé avec des chambres privées et il était très central! Pour les restaurants, l’offre est limité aux restaurants self-service au poids! On en a choisi un dans une jolie demeure et on est devenus des fidèles! On a plutôt bien mangé, entourés des employés et collégiens du quartier, et ceci pour une somme dérisoire. On est des nouveaux convertis aux buffets Brésiliens!

En tous cas, Manaus n’est vraiment pas touristique! On était apparemment les seuls étrangers lors de notre passage! C’est le point de départ vers la forêt mais pas vraiment un lieu où on séjourne. Il faut dire qu’il y  a peu de lieux à visiter. On a bien arpenté quelques musées mais leur intérêt est assez limité. On sent qu’il n’y a pas beaucoup de moyens pour la culture!

Dans le centre, il y a des rues piétonnes avec tous les magasins de fringues importées de Chine, les mêmes qu’on trouvait au Panama : très colorées et de mauvaise qualité. Par contre, il a été impossible de trouver un pantalon de trekking pour moi! D’ailleurs, les magasins de sport n’ont aucun article pour les femmes! J’imagine que dans les quartiers riches des alentours, il doit pourtant en avoir! Dans le centre, il y a beaucoup de kiosques de type « caverne d’Ali baba », avec une accumulation incroyables de trucs plus ou moins utiles!

La zone du port est stratégique car c’est le lieu de transit de toutes les marchandises. L’ambiance dans cette partie de la ville ressemble plus à l’image que je me faisais de Manaus.

Depuis ce port partent les bateaux qui descendent l’Amazone en direction de Belem ( 5 jours de voyage sur un hamac!). Des bateaux proposent aussi des excursions dans les environs. Un des points de visite intéressant est la rencontre des fleuves ( « encontro dos aguas »). En effet, en face de Manaus se rejoignent deux fleuves qui vont former ensuite l’Amazone: le Rio Negro (noir comme son nom l’indique) et le Rio Solimoes de couleur beige. En raison de leur température et de leur vitesse différentes, ils vont évoluer en parallèle pendant 6 kms avant de fusionner pour devenir l’Amazone. Cela donne un joli tableau!

Encontro das aguas Manaus

Encontro das aguas

Signalons que le Rio Negro est très sympa car son acidité repousse les moustiques! C’est une information importante!!!

En face du port, le mercado municipal est une réplique des anciennes Halles de Paris et a été rénové récemment. Plusieurs halles : viande, plantes et épices, artisanat…

En dehors de quelques lieux emblématiques du centre ( le théâtre et deux places magnifiques), le reste est plutôt mal entretenu. Les trottoirs sont défoncés et ne sont pas non plus nettoyés. Le faible niveau de vie de la population est évident. Les prix sont d’ailleurs beaucoup plus bas qu’à Rio pour tout. Vous avez remarqué aussi sur certaines photos l’anarchie des fils électriques devant les maisons? De nombreux fils dénudés pendouillent dangereusement devant nous quand on se balade (cela me rappelle la « zona colonial » de Santo Domingo!)

Malgré ce constat, on a trouvé cette ville très vivante et plutôt attachante.

La ville est beaucoup plus étendue que le centre historique dont je viens de parler. On a pu voir que se construisent des immeubles chics et des résidences sécurisées aux alentours. Ce sera sûrement plus confortable mais avec beaucoup moins de caractère que les maisons du centre! Il y a aussi une plage qui donne sur le Rio Negro (quartier de Ponta Negra). On a visité aussi le « bosque da ciencia » qui est à la fois un lieu de recherche scientifique sur l’Amazonie et un parc de 13 hectares ouvert au public. La visite du parc, conçue pour les groupes scolaires, permet d’approcher la forêt amazonienne et ses animaux. Il y a des explications sur l’exploitation du latex, des reproductions des différents animaux de la forêt (poissons, papillons…) On peut observer des  animaux vivants : des araignées, des « peixe-boi » ( cousins des lamentins?), des tortues…Tout au fond du parc, il y a des espaces clos où se cachent des caïmans!

caïman bosque da ciencia Manaus

caïman bosque da ciencia

Personnellement, je n’ai pas beaucoup apprécié ce parc parce que je n’aime pas voir des animaux en captivité mais aussi parce qu’on revenait de notre séjour dans la forêt et que l’authentique est toujours mieux que la réplique! Mais pour une approche pédagogique avant d’y aller vraiment, pourquoi pas?!

Après plusieurs visites au Brésil, on a encore découvert une nouvelle facette de ce pays-continent si fascinant. On le quitte aujourd’hui avec de magnifiques images plein les yeux! On espère vous avoir donné envie d’explorer le Brésil!

Advertisements

Une réflexion sur “Manaus au coeur de l’Amazonie

Laisse un commentaire! Ça fait toujours plaisir!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s